BÉATIFICATION À ORAN

 

Création le 11 décembre 2018

Les guerres civiles - c’est connu - sont génératrices de haines et de martyrs. L’Église catholique d’Algérie a eu les siens, avec en particulier les moines de Tibéhirine, au total 19 personnes.

http://dakerscomerle.blogspot.fr/search/label/a%2033%20-%20TIBEHIRINE

La béatification est la déclaration, par décret pontifical, qu'une personne de foi chrétienne a pratiqué les vertus naturelles et chrétiennes de façon exemplaire, ou même héroïque. La publication de ce décret est suivie d'une célébration solennelle de béatification.

La cérémonie de béatification a eu lieu à Oran le samedi 8 décembre 2018. Le plus simple eut été de la faire au Vatican. Mais Monseigneur Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran, où il est très apprécié, a proposé qu’elle ait lieu à Notre Dame de Santa-Cruz, donc à Oran.



Un reportage complet de deux heures a été fait par KTO : (Créée en 1999, à l'initiative du cardinal Lustiger, KTO est depuis 2009 une chaîne associative. Elle entretient des liens de fidelité avec l'Église catholique, et en particulier la Conférence des évêques de France.)


http://www.ktotv.com/video/00253986/messe-de-beatification-des-martyrs-d-algerie

Oran est un symbole de brassage de population peu commun. Maurétaniens, Numides, Juifs, Phéniciens, Arabes, Turcs, Espagnols, Français s’y sont mêlés. On sera même étonné d’apprendre que Santa Cruz était un commandant espagnol qui fit construire le fort qui domine la ville. Quant à la basilique, elle a été construite en 1850, pour conjurer le choléra qui avait ravagé la ville. Mers el kébir (où les Anglais se sont illustrés !) est tout proche.

Donc près de 2 000 personnes - privilégiées (à cause du manque de places à la basilique) - ont emprunté la route montante par des convois incessants de bus. Le Nonce apostolique, envoyé du Pape François, y a célébré la messe, sous l’œil des caméras de télévision de plusieurs pays. Les chants ont été assurés par une talentueuse chorale sud-saharienne composée de jeunes étudiants catholiques en Algérie.

On y a vu des imams serrer la main des prêtres. Certains des assistants en avaient les larmes aux yeux. Alors, Oran capitale mondiale de la paix ?

Pour terminer, un grand bravo à l’État algérien qui, non seulement y a délégué le personnel administratif de la Wilaya d’Oran, le Ministre des Cultes, etc … , mais qui a assuré
dans toute la ville un service d’ordre de très haut de gamme.

Bientôt la suite …